Twitter Facebook Accueil

Parti de Gauche 13

Département des Bouches-du-Rhône

Politique autrement : deux jours de travaux pratiques 22 février 2017

Un week-end « Politique autrement » est organisé les 24 et 25 février par la France Insoumise, ses candidats citoyens et la Coopérative citoyenne.

Il débute vendredi par une soirée-rencontre avec Danielle Simonnet, Conseillère de Paris, co-coordinatrice nationale du parti de gauche et soutien de Jean-Luc Mélenchon, à 20h au théâtre Mazenod, 88 rue d’Aubagne à Marseille (13001). Elle interprètera sa conférence gesticulée Uber, les salauds et mes ovaires, qui aborde la dérégulation du travail, l’oppression capitaliste et l’égalité des sexes, dans un spectacle à la fois drôle et militant à ne pas manquer. Tarif : 15 €; réservations sur le site du théâtre.

À l’issue de la représentation, à 22h30 au bar associatif El Ache de Cuba, 9, place Paul Cézanne (13006), Danielle Simonnet vous invite à prolonger cette soirée de façon conviviale, autour d’un verre, par un moment de rencontre, d’échange et de débat sur le thème de l’uberisation de la société.

Samedi 25 février, le programme est copieux avec une journée de formation et d’ateliers à partir de 9h et jusqu’à 17h, à la « fabrique des possibles », la Dar Lamifa, autre lieu associatif qui s’inscrit dans des pratiques d’éducation populaire et politique (127, rue d’Aubagne, 13006). Deux ateliers au choix sont proposées : « Aller dans la rue et y rester, porteur de parole » et « Faire de la politique autrement et être dans l’action ».
Une conférence gesticulée est ensuite programmée à 18h30, qui a pour titre Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? Vive la révolution citoyenne !, toujours à la Dar Lamifa. Cette œuvre collective de Julien Colmars, Tifen Ducharne et Maxime Laisney, aborde les sujets suivants, comme annoncé par la Coopérative citoyenne, organisatrice de l’événement : « Est-ce qu’on naît de gauche ou de droite ? Est-ce qu’on fait des choix par nous-mêmes ? Est-ce que les militants sont des êtres humains comme les autres ? De quel bois se chauffent les révolutions ? Est-ce que les citoyens peuvent s’unir pour prendre et exercer collectivement le pouvoir ? Toutes questions auxquelles vous n’aurez pas de réponses, mais on va y bosser ensemble. » La fin de soirée se fera en musique avec le groupe Les Vitales. Prix libre.

Nouvelle provocation fasciste à Aix : le Parti de Gauche solidaire de ses camarades communistes 17 février 2017

Après une tentative d’incendie du local du PCF, l’agression de jeunes communistes, la perturbation d’un rassemblement de militants des droits de l’Homme, l’irruption violente dans une conférence à l’Institut d’études politiques, les menaces de mort sur un parlementaire socialiste, les coups portés à son collaborateur et les menaces à l’égard des jeunes communistes, le groupuscule fasciste Action française s’est rendu coupable d’un nouvel acte scandaleux à Aix-en-Provence. La façade du local du Parti Communiste a été saccagée alors qu’un 2e local d’Action française venait d’être inauguré dans le département. Sa porte a été obstruée, des autocollants racistes placardés sur la porte, à proximité de la boite aux lettres éventrée et de la sonnette arrachée (source : La Marseillaise).

Le Parti de Gauche tient à exprimer sa totale solidarité à l’égard de ses camarades communistes et joint sa voix à la leur pour exiger la dissolution des groupuscules violents tels qu’Action française ou Génération Identitaire, après que cette dernière organisation s’est illustrée le 28 janvier 2017 par une marche à Aix à l’occasion de l’anniversaire de l’accession d’Hitler au pouvoir et célébrant Guillaume de Provence pour avoir « chassé les Maures de la Provence« . Nous dénonçons l’autorisation par la préfecture de cette indigne manifestation de haine et l’impunité dont semblent bénéficier les fascistes à Aix-en-Provence. Et nous rappelons enfin que ces groupuscules marchent main dans la main avec le Front National, qui avait investi l’identitaire Jérémie Piano comme membre du binôme présenté dans le canton d’Aix 1 lors des élections cantonales de 2015, ainsi que le responsable local d’Action française, Olivier Raffard de Brienne, dans le canton d’Aix 2. Le FHaine révèle ainsi une nouvelle fois sa vraie nature : celle d’un parti fasciste. No pasaran !

Rassemblement unitaire contre les violences d’extrême droite, Aix-en-Provence, 19 mars 2016. De gauche à droite, Ouali Brinis, candidat aux législatives investi par la France Insoumise dans la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône, et Jean-Yves Salvat et Hélène Le Cacheux, candidats FI dans la 14e. Photos : Pascale-Hélène Martinez.

 

Danielle Simonnet sur scène, enfin à Marseille ! Un spectacle drôle et militant à ne pas manquer 11 février 2017

« Une élue politique monte sur scène et sort ses griffes » : depuis janvier 2016, Danielle Simonnet, Conseillère de Paris et coordinatrice du Parti de Gauche, se passionne pour la lutte des taxis, mais aussi des livreurs à vélos et autres travailleurs de différents secteurs, engagés contre l’ubérisation, modèle capitaliste du travailleur sans droits, de la casse de la protection sociale, accompagné d’un exil fiscal massif des plateformes qui appauvrit l’État. Ce sont ces rencontres avec les taxis, les livreurs, les travailleurs ubérisés, qu’elle raconte avec humour dans ce spectacle engagé pour éveiller les consciences. Militante féministe résolue, elle témoigne également de ses combats comme femme politique. « Dans mon parcours militant, j’ai toujours été à la recherche de nouvelles pratiques pour éveiller les consciences, impliquer et convaincre, explique-t-elle. J’ai ainsi été à l’origine des Ateliers de lecture en 2005 contre le Traité constitutionnel européen, à l’initiative de « criées dans le métro » (mini happening dans les rames du métro), j’ai participé au développement de méthodes de l’éducation populaire comme les « Porteurs de parole », etc. Face à la politique spectacle qui met en scène une petite caste de l’entre-soi si éloignée des préoccupations des citoyennes et des citoyens, pourquoi ne pas assumer de monter sur scène à son tour pour convaincre ? J’ai donc participé à une formation d’éducation populaire aux conférences gesticulées et c’est par cette méthode que j’ai écrit ce spectacle politique « seule en scène ».  Alors que l’idéologie dominante nous martèle que l’ubérisation serait une chance pour la croissance, par cette conférence, avec humour et émotion, je souhaite alerter contre cette nouvelle étape du capitalisme prédateur. L’ubérisation ne vise ni plus ni moins qu’à imposer un modèle du travailleur sans droits, appauvrir l’État par l’évasion fiscale et remet en cause notre modèle de protection sociale hérité du Conseil national de la résistance. »

Un « seul en scène » à la fois drôle et militant, à ne manquer sous aucun prétexte !

Justice pour Théo ! 11 février 2017

Environ 250 personnes se sont rassemblées hier soir vers 18h sur le Vieux-Port, derrière une grande bannière noire avec le slogan: « Mais que fait la police ? elle viole, tue, mutile ». Nous y étions, avec notamment Gérald Souchet, candidat investi par la France Insoumise pour les législatives dans la 4e circonscription, venu affirmer sa solidarité envers la victime et sa famille, ainsi que sa colère.

Notre position est synthétisée par le communiqué national de la France Insoumise : « L’affaire Théo est le scandale de trop : la police doit être républicaine. Or, elle est atteinte dans son honneur par la barbarie commise par certains de ses éléments. Nous n’accepterons jamais que les déviances de certains policiers, agissant cruellement et sans rapport avec leur mission, se banalisent.
 
Il n’y a pas de fatalité à cela ! Des solutions existent pour mettre fin à ces déviances qui créent un fossé insupportable entre la police et la population :
 
1 – La justice doit se faire dans les délais raisonnables pour la victime : il ne peut être question qu’un procès s’éternise des années comme dans l’affaire de Zyed et Bouna.
 
2 – Nous demandons la mise en place d’une police de proximité et la formation des policiers doit être renforcée et sa durée prolongée. L’enseignement des droits fondamentaux des citoyens et la connaissance des actes relevant de la torture doivent être au cœur de la formation.
 
Au nom de la France insoumise, nous exprimons notre soutien total à Théo et à sa famille. Nous affirmons à la police républicaine notre exigence en sa capacité à marginaliser et à exclure les éléments qui la déshonorent.
 
La France insoumise propose les mesures suivantes :
 
-La fin de la politique du chiffre qui encore à ce jour s’accompagne de primes versées à la hiérarchie policière.
-L’amélioration du contrôle des policiers par leur hiérarchie qui devra montrer l’exemple, et par les parquets qui ont la maîtrise des habilitations de police judiciaire.
-L’encadrement des contrôles d’identité en modifiant la loi, pour les rendre plus exceptionnels et respectueux du principe de sûreté.
-La prohibition du contrôle au faciès.
-La création d’un pôle judiciaire anti discriminations par chaque cour d’appel. »

Estrosi, non à la privatisation du Rail ! 3 février 2017

« Je souhaite que notre région se positionne clairement comme territoire pilote de l’expérimentation de l’ouverture à la concurrence », a déclaré hier Christian Estrosi, président « Les Républicains » de la Région, en ouverture de ses Assises régionales des transports. Pendant ce temps-là, nous étions devant l’Hôtel de Région avec nos camarades cheminots pour dire « Non à la privatisation ! »

Notre candidat aux législatives dans la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône, Ouali Brinis, est venu témoigner de l’engagement de la France Insoumise aux côtés des syndicalistes qui se battent contre la thatchérisation du Rail, synonyme de l’abandon des lignes jugées non rentables et de la baisse des investissements en matière de sécurité, chronique d’une catastrophe annoncée.

Aux côtés des réfugiés 2 février 2017

Nous avons participé lundi 30 janvier à un rassemblement en soutien aux réfugiés à Marseille, devant la préfecture, avant de défiler en cortège jusqu’au Vieux-Port. Aucun être humain n’est illégal !

Aux réfugiés de Calais, « l’État avait formulé un certain nombre de promesses, rappelle l’association El Manba / Collectif MigrantEs 13, dans une lettre adressée le 19 janvier dernier au préfet de la région Paca et des Bouches-du-Rhône, Stéphane Bouillon  : la possibilité pour tout le monde de déposer une demande d’asile en France et la non-application de la procédure Dublin [qui oblige à s’adresser au premier pays dans lequel ils sont arrivés]; la prise en charge au niveau hébergement, juridique, social et sanitaire, par les associations gestionnaires des centres d’accueil et d’orientation; le fait qu’il n’y aurait pas d’utilisation de mesures coercitives dans les CAO » (Centres d’accueil d’orientation). Position confortée par Bernard Cazeneuve, aujourd’hui Premier ministre mais alors ministre de l’Intérieur, en octobre 2016, lors d’une conférence de presse : « Je ne souhaite pas qu’à partir des CAO on procède à des opérations de dublinage. » Mais le collectif accuse : « Pour autant, suite à de nombreuses rencontres entre les résidents des CAO des Bouches-du-Rhône et plusieurs associations, le constat est sans équivoque. Deux mois après leurs arrivées dans ce département, au premier rendez-vous en préfecture, une majorité des personnes déplacées de Calais ont reçu une notification de placement en procédure Dublin. Il est évident que la préfecture n’a pas respecté les engagements annoncés par le ministre de l’Intérieur, et que la plupart des ex-Calaisiens sont toujours soumis à la procédure Dublin. »

La lettre au préfet lui rappelait « la détresse et le désespoir des résidents des CAO », qui « se sentent piégés et trompés par l’État« , et lui demandait de recevoir des représentants associatifs pour évoquer ces questions, mais il n’a pas daigné donner suite. En conséquence de quoi a été organisé le 30 janvier un rassemblement de mobilisation solidaire à Marseille, devant la préfecture, à l’appel des exilés hébergés en CAO à Marseille. Environ 250 personnes étaient présentes pour proclamer haut et fort : « Ici, ne laissons pas l’État pratiquer son tri en silence ! De leur politique de dispersion et d’intimidation démultiplions les foyers de résistance, de rencontre et de solidarité ! » Le Parti de Gauche y était notamment représenté par Ouali Brinis, candidat pour les législatives, dans la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône, investi par la France Insoumise.

Les “gesticulateurs” ont le vent en poupe 24 janvier 2017

Outil souvent utilisé dans la démarche de l’éducation populaire, la conférence gesticulée est une prise de parole publique sous la forme d’un spectacle politique militant.

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris et co-coordinatrice nationale du Parti de gauche, a créé la sienne, baptisée ​Uber, les salauds et mes ovaires, qui aborde la dérégulation du travail, l’oppression capitaliste et l’égalité des sexes. Elle viendra du reste la présenter à Marseille le 24 février (Théâtre Mazenod).

En attendant, c’est un autre gesticulateur qui passe par la cité phocéenne, Julian Augé, par ailleurs candidat aux législatives investi par La France Insoumise dans la 1​re​ circonscription de Haute-Savoie. Il jouera ​Je sais plus où j’habite ! ou comment j’ai arrêté de vouloir être propriétaire de ma maison, samedi 28 janvier au Dar Lamifa, à 17h (prix libre). Il y examine avec humour une conviction collective solide, celle de « la France de propriétaires » voulue par le candidat Sarkozy en 2007. Pourquoi cherche-t-on absolument à nous faire acheter nos logements ? Et à quel(s) prix ? Propriété privée, crédits subprimes, démocratie locative, mais aussi apprentissage du syndicalisme et du droit au logement… tout est décortiqué à travers un one-man-show politique aussi drôle que critique.

Au préalable et au même endroit, à partir de 9h du matin et jusqu’à l’heure de sa conférence, il propose avec ses amis de la Coopérative Citoyenne un atelier pratique, formation destinée à partager des techniques d’implication citoyenne et de reconquête de l’espace public pour y faire de la politique. Il sera accueilli par Gérald Souchet, candidat France Insoumise pour les législatives à Marseille (4​e​ circonscription), lui aussi militant et formateur en éducation populaire.

Dar Lamifa, samedi 28 janvier, de 9h à 19h, 127 rue d’aubagne, 13006 Marseille

Contact Gérald Souchet : 06 61 99 79 56, simbiosis@wanadoo.fr

Encore une intervention des « forces de l’ordre » aux Moulins Maurel… 19 janvier 2017

Rappel de la situation

Les Moulins Maurel, filiale de Nutrixo, produisaient jusqu’en 2013 près de 1000 tonnes/jour de farine et semoule pour des marques comme Panzani ou Ferrero. Le 29 novembre 2013, la direction déclarait la cessation de toutes activités et entamait les procédures de licenciements. Les « ex-salariés » décidaient alors d’une « mise sous protection » du site, craignant, comme cela se produit trop souvent, la vente des machines. Avec l’appui du mouvement syndical, ils sont parvenus à relancer les procédures à deux reprises.

Ainsi, depuis 2013, alors qu’aucun des potentiels repreneurs n’a trouvé « grâce » aux yeux des « vendeurs », les employés se relayent 7 jours sur 7, 24h sur 24 (y compris pendant les fêtes!), pour empêcher tout démantèlement.

A plusieurs reprises, les force de l’ordre ou « des milices patronales » ont été « employées » pour les déloger mais ils étaient toujours là jusqu’à ce matin. L’historique plus complet est présent sur le site http://painsurlaplanche.org/decouvrir-le-lieu/

Pourquoi un tel déploiement des forces ?

Dernier événement en date : mercredi 18 janvier au petit matin, une douzaine de cars de CRS s’est rendue sur le site pour déloger les 3 militants qui se relayaient pour en assurer sa garde. Cela s’est fait sans violence.

L’argument serait que Nutrixo voudrait vendre l’usine « nette » : faut-il entendre sans syndicalistes ? Toutes les suppositions sont de mises; comme d’habitude aucune information fiable n’émane de la direction. Il se dit qu’un repreneur devrait visiter l’usine bientôt ? Or, depuis 2013 planent aussi des rumeurs d’opérations immobilières… L’usine est en effet située sur un immense terrain à proximité de la zone commerciale de la Valentine (Marseille). Une opération de carottage serait même envisagée afin de sonder la pollution du sol : cela irait plutôt dans le sens d’une vente immobilière à profit maximum.

A cette heure, les employés sont autorisés à « faire une garde » autour de l’entreprise afin de garantir que les machines vont bien rester à l’intérieur. Décision froide et bien ironique, car jusqu’à preuve du contraire, la rue est un lieu public…

Ainsi, nous ne pouvons qu’affirmer notre soutien à nos amis et aux employés des Moulins Maurel. Nous restons très attentifs à leur situation, prêts à les aider dès qu’ils en auront besoin. Nous dénonçons également le démantèlement d’unités de production qui peuvent se révéler utiles et rentables, tant au niveau économique que social et écologique, mais sacrifiées sur l’autel des profits immédiats !

 

Hélène Le Cacheux – Jean Sicard – Fred Blanchard.

Dans la 13e circonscription des Bouches-du-Rhône, le parti de Gauche soutient la France Insoumise. 18 janvier 2017

Le Parti de Gauche prend acte de la candidature que le Parti Communiste Français a annoncée le 11 janvier à Martigues pour les élections législatives dans la 13e circonscription.

Toutefois, le Parti de Gauche est pleinement engagé au sein de la campagne de la France Insoumise qui se trouve dans un processus de désignation de candidatures.

L’absence d’accord entre le PCF et le PS et la déclaration de Pierre Dharréville expliquant que la campagne de la présidentielle et celle des législatives n’en feront qu’une, font pleinement écho au souhait de France Insoumise.

Ses groupes d’appuis JLM 2017 étaient réunis en Assemblée de circonscription le 10 janvier, ils ont exprimé leur volonté de rassembler le plus largement possible les forces appuyant la campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Si nous saluons globalement le travail fourni par Gaby Charroux au cours de sa mandature, nous interrogeons le choix de proposer, pour la prochaine, un binôme ne s’inscrivant pas dans la dynamique de la campagne et des mouvements de soutien à Jean-Luc Mélenchon.

La force de ce mouvement est sa diversité qui dépasse amplement le cadre habituel des partis politiques, respecte les représentations géographiques et la parité.

Pour la 13e circonscription, nous sommes partie prenante de la décision prise par les Insoumis de proposer naturellement un candidat et une candidate, capables de porter lors des élections législatives le programme de la France Insoumise, L’avenir en commun. Leurs noms ont été proposés au Comité électoral national de la France Insoumise. Composé d’Insoumis tirés au sort, de syndicalistes et de représentants des forces politiques, il est l’instance à laquelle revient la tâche d’investir les candidats pour les législatives dans toutes les circonscriptions de France sans exception. Nous nous conformerons à son arbitrage.

Travaillant à la victoire de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, nous sommes convaincus que le mouvement France Insoumise peut lui apporter, à l’occasion des législatives, la majorité à l’Assemblée nationale qui permettra d’appliquer le programme L’avenir en commun, et de mettre en place une assemblée constituante, pour passer à la sixième République. Nous en appelons donc au plus large rassemblement citoyen au sein de France Insoumise pour atteindre cet objectif.

Le Comité du Parti de Gauche pour la 13e circonscription des Bouches-du-Rhône